Témoignage Ugo Elzière

Elève en formation de Collaborateur d’Architecte option Droit de la Construction

Ugo Elzière, élève en formation de Collaborateur d’Architecte à l’Ecole Chez Soi a participé au Concours Eiffel, qui s’est déroulé du 10 mai au 14 octobre 2010.

Grâce à un projet novateur sur la thématique de réhabilitation de la passerelle Eiffel au coeur de Bordeaux, Ugo et ses deux équipières (ENSA Montpellier) ont remporté la 5ème place du Concours, parmi plus de 70 participants. Retour en témoignage… et en images sur le parcours de ce jeune homme qui a su mener de front ses études à distance de collaborateur d’architecte, sa fonction au sein d’un cabinet d’architecte et la réalisation d’un projet de grande envergure !


Ecole Chez Soi : Pourquoi avez-vous choisi la formation à distance pour vos études ?

Déjà engagé dans la vie professionnelle, retourner au lycée m’était compliqué. La présence de cette formule m’a donc permis d’approfondir mes connaissances tout en continuant mon activité d’artisan.

Pourquoi avoir choisi de suivre la formation de Collaborateur d’Architecte ?

Dans la continuité de mes études d’architecture, commencées il y a six ans, puis arrêtées pour des raisons financières, ce domaine m’a toujours passionné.

Travaillez-vous en parallèle de votre formation ? Si oui, dans quelle entreprise et quelle fonction occupez-vous ?

Je travaille au sein d’un cabinet d’architecture, en tant que collaborateur d’architecte, poste que j’ai trouvé suite à un stage effectué dans le cadre de ma formation au sein de l’Ecole Chez Soi.

Grâce à cette formation, j’ai pu recontacter des camarades aujourd’hui jeunes diplômés avec lesquels nous avons décidé de créer un collectif, AtelierVecteur.

Quels sont vos objectifs après cette formation ?

Mon but étant d’être au plus proche de l’architecture mais aussi de ses disciplines annexes comme le design, la création artistique ou encore l’infographie, notre collectif est un véritable tremplin qui permet de poursuivre mon projet professionnel. Ainsi, après ma formation, j’espère que mon investissement au sein de ce collectif deviendra un projet rémunérateur.


Quel était le but du concours ?

Dans l’esprit de Gustave Eiffel, la Fondation d’Entreprise de la Société de la Tour Eiffel, avec le soutien de l’association « Sauvons la passerelle Eiffel » et du Groupe Abvent, a invité les étudiants à s’emparer d’un ouvrage ferroviaire désaffecté, la passerelle Eiffel, pour lui donner un nouveau rôle au coeur de la ville de Bordeaux.

Le concours Eiffel 2010 constitue pour les jeunes concepteurs une occasion exceptionnelle de proposer un équipement structurant, innovant et adapté aux usages contemporains. Cet appel à idées porte sur une question d’actualité qui correspond à un enjeu urbain réel : les Bordelais sont en attente, d’une part, de propositions structurantes pour les quartiers limitrophes au fort potentiel de développement et, d’autre part, de nouvelles fonctions pour ce monument emblématique.

Les propositions des concurrents sont de nature à révéler des potentialités insoupçonnées d’un site urbain exceptionnel et stratégique pour la transformation de l’agglomération et pour la perception de l’ouvrage.

Le concours porte sur la réhabilitation d’un ouvrage d’art dimensionné pour supporter le passage de convois ferroviaires ; il présente un fort potentiel en termes structurels et de ce fait a la capacité de recevoir des aménagements ambitieux et des programmes denses.

La dimension patrimoniale de l’ouvrage fait partie de l’appel à idées. Le monument doit s’inscrire durablement dans le paysage bordelais suivant de nouvelles modalités.

Quel est votre projet ? En quoi cela consiste ?

projet-u-elziere-2projet-u-elziere-1

  • Le Lien

    La passerelle, située à l’entrée de la ville de Bordeaux relie ses deux rives : la rive gauche, coeur historique, dynamique et récemment réaménagé et la rive droite, victime de son passé industriel, support de friches et de terrains délaissés.

    L’idée principale du projet est que la passerelle soit le vecteur principal du transit des flux entre ces deux rives. A grande échelle, le système ville/passerelle agit comme un circuit électrique. La passerelle a pour but de condenser et de dériver les flux à l’aide d’une variation de cheminements doux ainsi que par la présence d’interrupteurs, éléments rapportés, attirant ponctuellement l’attention du promeneur.

  • La dimension patrimoniale

    Notre projet s’inscrit entre deux espaces-temps, celui de la ville du passé (rive droite) et celui de la ville du futur (rive gauche). Par ce constat et dans la volonté de s’inscrire dans la pensée du créateur de la passerelle, nous avons voulu l’implanter dans un autre espace-temps, celui de l’époque industrielle et appeler à la rêverie en se replongeant dans l’époque des machines.

    En installant sur la passerelle un wagon-bar assurant les allers-retours mécaniques entre les deux rives, nous avons voulu interpeller le promeneur sur la fonction première de la passerelle et conserver une part de sa dimension patrimoniale.

  • L’empreinte énergétique

    Dans la pensée de l’époque des machines, le projet se montre comme un jeu de systèmes d’engrenages, jouant avec l’eau. Tout un dispositif est alors mis en place, (roues à aubes, poulies, crédences…) faisant de la passerelle un espace en mutation permanente. La curiosité, l’interpellation, la surprise sont provoquées, renforçant l’expérience du lieu.

    Par ce système, la passerelle devient un élément autonome, capable de produire la totalité de l’énergie nécessaire à son fonctionnement. Wagons, guinguettes et girotapis sont mus par l’énergie mécanique, résultante de son environnement.

Comment avoir eu l’idée de participer au Concours Eiffel ?

En suivant l’actualité d’architecture, nous avons vu l’appel à candidature de ce concours. Dans un premier temps, nous avons été séduits par le caractère abstrait et libre que propose un concours d’idée. Ensuite, ce concours était pour nous l’occasion de travailler ensemble et par ce biais d’amorcer la formation du collectif.

Cela n’a pas été trop dur de concilier le concours, vos cours et votre activité professionnelle ?

Ce n’était pas évident, mais le sujet, le défi que représente un concours et le collectif ont été des moteurs efficaces. Et il faut dire que l’été, les jours sont plus longs.

Vous étiez en équipe, connaissiez-vous vos compagnons ?

Oui, nous avons commencé nos études d’architecture ensemble.

Vous avez terminé 5ème, quelle fierté en retirez-vous ?

Plus de soixante-dix projets ont été remis, la cinquième place représente pour nous une grande fierté. Ce prix nous a aussi confortés dans l’idée de former notre collectif.

Quelle a été votre récompense ? Commune ? Chacun la votre ?

Nous avons reçu une récompense financière ainsi que des logiciels. Mais au-delà de la récompense matérielle, la reconnaissance et les critiques de notre travail émises par le jury ont été d’une grande satisfaction.

Qu’allez-vous faire ?

Nous avons décidé de réinvestir la totalité de notre récompense (financière et logiciel) dans la création de notre collectif.

Que diriez-vous pour encourager les élèves à participer à un concours de projets ?

Participer à un concours, quel qu’il soit, est vecteur de créativité. La stimulation engendrée par la contrainte d’une deadline ainsi que la motivation d’une reconnaissance augmentent les compétences personnelles.

Au-delà du plaisir de toucher du doigt la profession à laquelle nous nous destinons, c’est une expérience formatrice que je conseille à tout le monde.

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Pays :

Téléphone :

* Sauf week-end et jours fériés

ou appelez nous :

01.46.00.69.01

coût d’un appel local



nos engagements qualité

  • chanedcharte qualité
  • opqfqualification opqf
  • satisfactionsatisfaction *


Nos formateurs experts

mosaique-profs

 

 

 

 

Découvrez nos formateurs en BTP et Immobilier

Spécialistes en économie du bâtiment, ingénieurs BTP, architectes, ingénieurs en Génie Civil, urbanistes, géomètres experts…

> Lire leurs interviews